université paul Sabatier : 21/11/2007 le mot du Président

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

université paul Sabatier : 21/11/2007 le mot du Président

Message  stephan le Jeu 22 Nov - 23:49

Toulouse, le 21 novembre 2007
COMMUNIQUE DU PRESIDENT
DE L’UNIVERSITE PAUL SABATIER-TOULOUSE III
Je suis interpellé oralement, par courrier classique ou électronique, sur ma position par rapport aux événements qui se déroulent à l’Université, sur ce que je pourrais faire, sur ce que je devrais faire, pour rétablir la liberté d’accès aux locaux du service public et le bon déroulement des enseignements.
Tout d’abord, je confirme que l’Université n’est ni fermée ni entièrement bloquée et que les enseignements se réalisent partout où c’est possible.
Je veux aussi exprimer mon soutien, autant que faire se peut, aux enseignants qui sont confrontés à des conditions de travail difficiles, compte tenu du mouvement actuel. Je partage leur affliction et les remercie pour leur courage ainsi que pour leur dévouement.
Ensuite, je souhaite réaffirmer que sur la forme, je suis profondément choqué par le fait que l’on utilise la coercition pour imposer ses idées (j’évoque là le blocage systématique des locaux).
Je ne peux admettre ce type de comportement.
Je pense que la loi LRU est nécessaire pour faire évoluer l’Université française qui ne pouvait plus, dans le cadre légal précédent, lutter au niveau mondial. Même si elle n’est pas parfaite, cette loi a le mérite d’exister et de répondre, en grande partie à nos problèmes.
Quelle est la situation ? Toute levée de blocage et toute réparation des dommages causés à l’Université sont suivies soit d’un re-blocage soit de dégradations systématiques. Je ne sais si les auteurs de ces dégradations sont tous membres de l’Université et je n’ai pas les moyens de le vérifier, ni d’interdire la présence sur le vaste campus de notre Université d’éléments extérieurs. Dans tous les cas, cela coûte et coûtera à l’Université. De plus, j’ai cru déceler ici et là, ponctuellement, dans l’Université, ce que j’appellerai de complaisantes passivités.
Il y a trois solutions :
-
faire appel à une « équipe présidentielle » pour rétablir le libre accès aux locaux, ce que je ne souhaite pas, car c’est contraire à ma philosophie.
-
faire appel aux forces de l’ordre. Ce ne peut être que dans le cas d’une atteinte forte aux biens ainsi que, bien sûr, dans le cas de violences ou si la situation perdure, que je le ferai.
-
faire appel à la conscience collective pour que la raison l’emporte.
Enfin, je terminerai en déclarant que je veux faire confiance aux seuls interlocuteurs crédibles, c’est à dire les forces vives élues, représentatives (personnels et étudiants) de cette Université et parfaitement identifiées (seuls interlocuteurs valables à mes yeux), les mieux à même de déterminer le seuil maximum à ne pas dépasser afin de ne pas mettre en péril l’avenir de notre institution, son devenir ainsi que le maintien du service public pour les usagers.
Le Président de l’Université Paul Sabatier,
Professeur Jean-François SAUTEREAU.

stephan

Messages : 19
Date d'inscription : 19/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum